JUG 28.01.14 – Nespresso Agile Development Center, Guillaume Vial

L'URL courte de cet article est : http://inagua.ch/IJblQ

Dans le cadre de la Soirée Quickies pour le 4ème anniversaire du Geneva JUG, voici mon compte rendu de l’intervention de Guillaume VIAL sur le Nespresso Agile Development Center. Vous pouvez le revoir sur la vidéo officielle de la soirée sur YouTube (0:51:56).

Voilà que je retrouve Guillaume, quelques 7 ans après ma mission au Groupe Mutuel : il semblerait donc qu’il ait voyagé depuis, pour se retrouver chez Nespresso… Je me demande si il peut avoir un autographe de Matt Damon ;)

Nous nous sommes croisés en arrivant à l’HEPIA, et je dois avouer être curieux de voir sa compréhension et sa restitution de l’agilité…

Guillaume commence par présenter la structure où il évolue et surtout son évolution dans le temps : de 15 développeurs en mai 2012, ils sont maintenant 75 !

Une bien belle progression !
Se pose alors la question de savoir comment ils ont géré sainement l’intégration de tant de nouveaux collaborateurs… C’est peut être cela un défit agile…

Après avoir parlé du Release Backlog qui rythme ses années, à raison de 4 releases par an, il précise sur quoi il va se focaliser pendant ce quicky de 10 minutes : les itérations, et surtout comment les démarrer.
Ce dernier point lui semble important dans la mesure où il estime qu’il est difficile de trouver des détails sur cette logistique dans la littérature.

Pour faire comprendre l’importance pour lui des itérations, il détaille le fonctionnement de ses équipes : un Sprint Kickoff le 1er jour pour aligner les 75 développeurs sur 3 sites différents. 

Dans la photo encadrée dans le slide ci-dessus :

  • Les container sont les équipes (PRESTO…)
  • Les postit sont les personnes, leur couleur représente les différents sites
  • Les postit bleus sont les principaux livrables des équipes

Guillaume en profite pour promouvoir l’importance du « non digital »…

Enfin quelqu’un qui gère plus de 2 personnes et qui prône l’usage du postit et du management visuel, 
sans vouer une adoration aveugle à JIRA.
Merci Guillaume pour ce message.

Les kickoff sont l’occasion de rappeler les objectifs communs, les grandes lignes de l’itération et de la release (ce qui est d’autant plus important que les troupes sont nombreuses et délocalisées).

Une mini-intégration est faite en chaque fin de sprint (car plusieurs équipes peuvent travailler sur un même module) : chaque itération donne lieu à une livraison dans un environnement d’intégration, livraison qui va alors suivre un processus indépendant de validation avant de se retrouver, ou non, en production.

Guillaume profite alors de l’occasion pour aborder la gue-guère entre Water-fall et agilité, en alertant le chaland :
« se sont des clichés, mais c’est le genre de discussions qu’e l’on a »… 

Et d’enchainer une série de phrases massues :
« Des fois aussi on n’y arrive pas, parce qu’on n’est juste pas bons »

Tellement vrai… et courageux de l’avouer.

« Toutes les méthodes peuvent fonctionner ou échouer »

Tellement vrai… J’ADORE !

« La différence c’est toujours les personnes : 2 des 4 principes agiles parlent de personne et de communication »

Quand je dis que notre métier est un métier de communication : 
quand il y a des échecs, c’est un échec de communication…
Rare, voire inexistant, sont les échecs de projet d’une seule personne !
J’ADORE++

Cela fait donc une transition toute naturelle vers ses prochains slides, des conseils que Guillaume nous livre : 

TIP 1) ONBOARD the right people

  • Ne pas faire confiance aux CV (avec cette délicieuse anecdote d’un ancien collègue qui avait fortement apprécié un CV trainant sur le bureau du commercial, avant de se rendre compte qu’il s’agissait du sien,  revu à la sauce « commerciale »)
  • Ne pas impliquer uniquement les managers dans les entretiens… Après tout ce n’est pas eux qui vont passer le plus grand de leur temps avec les collaborateurs…
  • Les voir faire : via des exercices (pas forcement compliqués : il y a autant de solutions que de candidats, et la restitution de la résolution est aussi important que le résultat lui même).

Pour le coup, je pense que tout commence par là, former la bonne (vraie) équipe.
 A tel point que cela pourrait faire l’objet de plusieurs sessions dédiées !

Ce thème n’est pas sans me rappeler la session que j’avais animée à Grenoble 
à l’occasion de l’Agile Innovation, et où le débat avait débouché sur 
« Quelles sont finalement les caractéristiques d’un membre d’une équipe agile ? ». Question fondamentale, me semble-t-il, avant de pouvoir se demander comment les identifier.

C’est là que peut intervenir un jeu comme « la Scierie des pratiques agiles »
, 
qui peut se décliner, comme je l’ai fait, sur les valeurs humaines (avec plus de 130 cartes !)… 
Cela me semble d’autant plus pertinent de nos jours, avec l’accélération des technologies qui impose d’avantage de « savoir apprendre » que de « savoir »…

TIP 2) COMMUNICATE

  • a) De grandes équipes (pas de silos)
    • Besoin de eBoards (car plusieurs sites)
    • Release Management

Ce terme de release management me fais toujours un peu peur : 
comme celui d’architecte, il peut être mal appliqué à mon sens.

Je ne sais pas comment cela se pratique chez Nespresso,
mais par défaut je considère l’ajout d’un métier / responsabilité dédié comme un Bad Smell
pour prendre en charge une complexité plutôt que de chercher à la résorber,
à la centralise plutôt qu’à la distribuer.

 

    • Scrum of scrum (sur des problématiques inter-équipes)
    • Des architectes applicatifs transverses
  • b) Des interactions directes
    • Echanges de développeurs
    • Coaching / pair programming

Quels magnifiques palliatifs à l’abus d’email et de documents écrits.

  • c) Changements organisationnels
    • Permutations de rôles (Scrum Master, Architecte Applicatif / L3, L4 support, Dev tooling…) : les personnes de déplacent régulièrement d’équipe en équipe

Aussi courageux qu’ingénieux !

Ce point mériterait d’avantage de détails.

Enfin, Guillaume conclue par le plus important des conseils :

  • « Comment différencier un bon post-it d’un mauvais post-it ? »
  • « La façon de le décoller !… De la gauche vers la droite, et non pas du bas vers le haut, afin qui ne s’enroule pas une fois collé. »

Vu l’importance du post-it dans la trousse à outil de l’agiliste, ce conseil vaut son pesant d’or ;o)

La session se termine, et je prépare déjà ma double question, et la façon de la poser :

J’ai deux questions qui me viennent, alors je les poses et te laisse choisir à laquelle répondre ;)

  • « Au delà de ces succès, qu’est ce qui n’a pas fonctionner dans ta mise en oeuvre ? »
  • « A aucun moment tu parles des interactions avec le métier, les Product Owners… 
C’est pour un prochain quicky ;o) ? »

Mais Xavier enchaine à juste titre que les questions sembles être nombreuses alors que le timing est serré : il nous invite donc à assaillir Guillaume de nos questions en seconde partie de soirée.

En conclusion, Guillaume a parcouru un sacré chemin depuis que j’ai travaillé pour lui.

J’ai vu un paquet de sessions sur l’agilité, et celle là fait preuve de beaucoup de justesse :
même si il a été silencieux sur le rôle du client, je trouve que Guillaume a su tirer partie des quelques minutes qui lui étaient imparties, en mettant l’emphase sur le point clef de l’agilité, l’humain !

Un grand bravo et un merci pour ces 10 minutes. 
Ca donne envie de collaborer avec toi… Et de te recevoir à softshake’14 ;o)

A quel autre quicky de cette soirée vais-je maintenant m’attaquer ?…

PS: Merci à Guillaume pour sa relecture.

L'URL courte de cet article est : http://inagua.ch/IJblQ

5 réflexions au sujet de « JUG 28.01.14 – Nespresso Agile Development Center, Guillaume Vial »

  1. Ping : GenevaJUG – Soirée Quickies pour le 4ème anniversaire | inagua

  2. Ping : JUG 28.01.14 – Reverse Psychologie in Java development, par Nicolas Peru | inagua

  3. Très intéressant, j’ai retrouvé beaucoup d’expériences que j’ai pu faire avec ma petite équipe, notamment sur les embauches, sur la polyvalence et sur l’importance des gens. Chez nous l’agilité reste l’apanage de qq irréductibles, mais je serais curieux d’en apprendre plus sur tes pratiques.
    Vive les postits!

  4. Merci Jacques pour ce compte-rendu ! et c’est bien sûr avec grand plaisir que je participerai à softshake’14 ! Juste une petit remarque : même si j’adore les post-it et tous les supports “analogiques”, j’adore aussi JIRA ! … L’un n’empêche pas l’autre ! :-) .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>