Agile Play Ground Cynefin @ GE

L'URL courte de cet article est : http://inagua.ch/YFJ4P

Mardi soir je suis allé à la seconde session de l’Agile Play Ground de Genève qui portait ce titre :

“Immersion dans un jeu de construction collectif”

Notamment par curiosité. Qui sont ces gens qui ont monté un groupe similaire à celui que j’ai créé avec Alex l’année dernière (Serious G@GE) ? Et qui sont ces participants ?

Également par envie de (re)jouer avec des Lego… Quel est donc cet autre jeu à base de Lego ?

Bref quelques attentes…

On reconnait bien Hamidul et Nathalie ;)

Après quelques détours j’arrive enfin à trouver l’entrée sur le campus de la HEG SO de Genève… Ah les campus, toujours un casse tête pour s’y retrouver. D’où l’importance d’un bon fléchage (le JUG GE l’a bien compris et excelle dans ce domaine). Mais les organisateurs avaient indiqués leur mobile sur le meetup avant la soirée : donc on… je… s’en est très bien sorti.

En arrivant sur place, je fais la connaissance de Cédric et Nathalie, deux des organisateurs. Une petite collation avant/pendant/après : idéale pour rompre la glace et faire connaissance.

On papote un peu et c’est parti. Oliver Wagner nous explique l’atelier et ses fondements.
Cynefin vient de Agile42.
Il a pour objectif de faire prendre conscience d’une classification de projets selon leur complexité.
L’occasion de faire la distinction entre compliqué (un Airbus par exemple) et complexe (un plat de spaghettis  ou un porte avion nucléaire….), mais aussi pour moi d’entendre ma première douleur : “il faut rendre deterministe ce qui ne l’est pas”. Ouatch… Déjà bon courage, et ensuite pourquoi s’entêter à faire rentrer un rond dans un carré ? Pourquoi ne pas considérer d’une part le carré pour la beauté de ses angles et ce qu’ils apportent, et d’autre part le rond pour la beauté de ses arrondis et ce qu’ils apportent ?

3 équipes, 3 itérations… ET DES LEGO… C’est parti !

Itération 1

Faire des tas par couleur pour deux équipes et par taille pour la 3e équipe…
Et on arrive premier en 1’40”… Ouah les stars ;)

Puis on débrief.
“Pourquoi êtes vous premiers ?”… “On a planifié !” dit un membre de l’équipe… Je ne trouve pas ! Cela exprime selon moi un vieux fantasme que la planification est gage de réussite rapide. Sans concertation, chacun a pris spontanément une couleur, certains ont passé des pièces à d’autres… Bref, une bonne grosse auto-organisation. Mais je pense que cela a bien fonctionné car finalement chacun travaillait sur son propre tas…

Itération 2

On doit maintenant construire une tour avec 3 règles :

  1. 20 étages, de couleur régulière
  2. Un étage N+1 doit être plus petit ou égale en largeur à l’étage N
  3. Chaque couleur ne peut être touchée que par une même personne

Là on s’est fait plié : mauvais qu’on a été !

Puis on débrief
“Il manquait des specs claires”… Je ne trouve pas non plus.
“Il faudrait faire les règles plus claires”… Toujours pas : je les trouve déjà bien plus claires que ce que l’on a dans la VVP (Vraie Vie Professionnelle)… Au contraire, pour être plus réaliste il faudrait les embrouiller ;)

Par contre nous sommes partis à faire un premier rang (les fondations) de grande dimension, de couleur unique (forcément). Du coup, on a à peine eu le temps de commencer le second étage. Les premiers on empilé 20 briques identiques avec une alternance de 2 couleurs : that’s all !!!

Ouatch, 2 itérations de quelques minutes et quelques briques suffisent pour faire office de puissant révélateur :

1) Nous sommes complètement formatés

2) Nous avons une tendance aiguë à complexifier Hallucinant !

Si le jeu s’arrêtait là se serait déjà suffisant, mais ça continue…

Itération 3

On a 30 secondes pour décider ce que l’on va faire entre une voiture et un animal. Et après, en plus des règles précédentes, on ne parle plus, et on va tourner de table en table (que les personnes, les Lego restants sur les tables). L’idée concernant les rotations est d’injecter du chaos.

Une catastrophe ! On récupère notre construction : Mais qu’est ce que c’est ? Elle ne ressemble à rien et elle est fragile. Par contre, une des équipes a réussi à faire une voiture réaliste.

Puis on débrief
Il semblerait qu’avant la première rotation ils aient réussi à faire un châssis ressemblant, avec des roues. Le message était donc clair pour les suivants, et ainsi de suite.

3) Une vision claire dés le début serait donc un élément de réussite d’un projet ?

Mais aussi deux autres nouvelles révélations :

4) Plus le projet dure dans le temps (plus il y a d’itérations) moins l’analyse et la planification initiale n’ont d’intérêt et de pertinence dans le temps

5) Quel handicap pour le projet de ne pas pouvoir se parler, communiquer, et quelle frustration pour les individus.

 

Itération 4

Pour finir, une seule personne par équipe va tourner et pas le droit de toucher sa couleur avant l’arrivée de son remplaçant.

Je propose avant de commencer qu’une personne prenne toutes les couleurs et fasse une tour avec des briques de taille identique. Cela n’est pas incompatible avec la règle “une couleur peut être touchée par une seule personne”. L’idée ne semble pas faire l’unanimité. Je laisse donc l’équipe commencer, je prend deux couleurs et fait un module : le haut de la tour, assez étroite, d’une dizaine d’étages. Une fois la première moitié construite par le reste de l’équipe (4 personnes pour faire la moitié en autant de temps que moi pour faire l’autre moitié, seul), je pose l’autre moitié dessus, et c’est fini.

En dehors du fait que a) j’ai bossé seul dans mon coin (pas très team building ;(), et que b) je sois assez fort pour porter d’une main un immeuble de 10 étages, encore une leçon :

6) Diviser pour mieux régner : décomposer un problème complexe en modules.

 

Mon doggy bag

Voilà donc ce que je retiens de cette soirée :

  1. Nous sommes complètement formatés
  2. Nous avons une tendance aiguë à complexifier
  3. Une vision claire dés le début serait un élément de réussite d’un projet
  4. Plus le projet dure dans le temps moins l’analyse initiale n’a d’intérêt
  5. Quels handicap et frustration de ne pas pouvoir se parler, communiquer
  6. Diviser pour mieux régner : décomposer un problème complexe en modules.

Mais l’atelier vise, via ses 4 itérations successives, à mettre en évidences une classification de projets : simple, compliqué, complexe et chaotique.

Cynefin framework (source: agile42.com)

Même si comme l’a répété François BEAUREGARD dans sa formation au Management 3.0 “un modèle est faux par définition“, j’ai trouvé la mise en évidence assez efficace, même si il me semble que le chaos à la fin n’ait pas été aussi évident car trop de contraintes (interdiction de parler et juste une couleur par personne). Mais existe-t-il encore dans notre métier des projets simples ou seulement compliqués ?

C’est d’ailleurs ce que je comprend comme postulat de départ de l’agilité ou même du Management 3.0.

Et j’ai l’impression que le temps, ou plus exactement les délais, courts (souvent dans l’urgence), déplacent le barycentre vers la complexité ou le chaos ?!

Et dans ce contexte, la recommandation est :

  1. De commencer par *EXPERIMENTER*
  2. Puis de bien *OBSERVER*
  3. Et enfin *ANALYSER*…

Oui, oui, la première étape est d’y aller, de mettre les pieds dans le plat.

Quant à Analyser, il s’agit d’analyser le processus, pour l’adapter et l’améliorer, on ne parle pas d’analyse fonctionnelle ou d’architecture technique.

J’aurais trouvé logique à ce moment de la soirée, d’entendre les keywords PDCA ou rétrospective (puisqu’on a quand même debriefé à chaque itération).

Conclusion

Et le mot de la fin (mais qui suis-je pour décider que c’est la fin ?) : Est arrivé sur le tapis la relation avec le côté féminin, plus sensible, moins directif (je me contente de citer)… C’est dingue, car cela est également arrivé sur le tapis la semaine dernière lors de la formation Management 3.0…

Au delà de la vocation initiale de l’atelier, je me dis qu’on pourrait le détourner pour mettre en évidence nos déviances, notre tendance à la complexification. En fin de chaque itération, pendant le debriefing, on pourrait se focaliser sur les extrapolations que l’on a fait et qui nous ont conduites à l’échec, du moins à la non performance :

  • Pourquoi une couleur par personne au lieu de une personne avec toutes les couleurs ?
  • Pourquoi une alternance de couleurs au lieu d’une unique couleur ?

Vous pourrez trouver d’autres idées d’atelier dans l’un de mes précédents post :
Apprendre, Jouer, Innover et faire des erreurs : L’oeuf, la poule… Le têtard… Et la mutation !

En tout cas, je sors de cette soirée avec deux nouvelles connaissances, et une croyance : il est possible de faire une formation agile qu’avec des Lego (après tout il y a bien Serious Play)… Je vais m’y atteler !…

Merci à tous, et notamment à Oliver Wagner qui s’est mis en risque puisqu’il nous a avoué jouer cet atelier pour la première fois.

PS: J’ai bien aimé l’astuce d’Oliver pour les slides. Il a imprimé ses quelques slides sur des pages A3 qu’il a scotchées les unes sur les autres (un bout de scotch sur l’arrête d’en haut, les premières slides sur le dessus). Ainsi, à mesure qu’il parle et qu’il parcours ses slides il récole la slide courante pour passer à la suivante. Simple et ré-utilisable. Bref, agile ;)

L'URL courte de cet article est : http://inagua.ch/YFJ4P

7 réflexions au sujet de « Agile Play Ground Cynefin @ GE »

  1. Ping : jacques.couvreur.me » Blog Archive

    • Merci Jacques, c’est très sympas cette synthèse et cela préfigure d’une durable synergie entre nous tous, encore merci see u soon.to play !

  2. Très simplement, un grand merci pour le partage de cette brillante synthèse et de ces impressions personnelles.

  3. Prière de corriger: Cynefin (terme gallois pour quelque chose comme “facteurs multiples dans notre environnement et notre expérience qui nous influencent”, cf. http://en.wikipedia.org/wiki/Cynefin) a été utilisé comme nom d’un framework pour expliquer la complexité par Dave Snowden dès 1999 (autres mots-clé: sense-making, narrative).

    Agile42 a créé ce jeu de simulation… fort intéressant d’ailleurs, mais pas représentatif de la profondeur de Cynefin.

    Pour plus de détails, voir http://www.cognitive-edge.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>